Du guerrier et de la conscience (22)

– Tu disais : « Il adopte ou rejette en conscience ce qui doit le toucher, il permet ou ne permet pas ». « Ce qui le touche »… là encore, dans la rue, « ce qui le touche » parle de sensiblerie, on se laisse attendrir, émouvoir, etc. Évidemment il n’est pas question de ça. Parles-tu de connexion ?

 

– De connexion ?

 

– Je ne sais pas, j’essaie de comprendre ce qu’est se laisser toucher pour un éveillé.

 

– C’est simple ! Quand tu vas faire ton marché, tu regardes les fruits, et tu choisis ceux qui te semblent bons pour ta santé, tu rejettes les autres. Nous faisons de même avec les fruits de l’esprit. Bien entendu, il faut avoir le discernement qui permet de voir les fruits qui sont bons de ceux qui ne le sont pas.

 

– Ce n’est pas la personne que tu rejettes mais ce avec quoi, elle vient à ce moment-là ?

 

– Oui.

 

2 commentaires sur “Du guerrier et de la conscience (22)

  1. Quichottine dit :

    Ne jamais généraliser… j’aime beaucoup « Ce n’est pas la personne que tu rejettes mais ce avec quoi, elle vient à ce moment-là ? »
    Je crois qu’il en est de même pour tout. Lorsque nous faisons notre marché, nous n’achetons pas toujours la même chose, enfin, je l’espère.
    Le fruit que nous n’aimons pas peut plaire à d’autres… reste à savoir pourquoi nous ne l’aimons pas. 🙂
    La personne que nous rejetons aujourd’hui nous semblera-t-elle différente demain ?
    Je crois qu’il faut aussi trouver pourquoi ce rejet…
    Merci pour tes écrits qui font toujours réfléchir.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s