Perception… lien au monde… à suivre

 
           Tout le monde le perçoit, ce lien !

Tout le monde sait que la nature et le vivant sont liés.

Tout le monde le sait très clairement.

Comme tout le monde sait que lorsque les pneus de la voiture sont usés, c’est dangereux de ne pas les changer.

Donc tout le monde sait que le mal que l’on fait nous retombe dessus.

Si tu dis des mots qui laissent imaginer que certaines personnes ont une perception plus fine de leur lien avec le monde que la majorité des autres personnes, tu fais le terrain idéal pour excuser la mauvaise foi.

Il n’y a pas des personnes qui perçoivent et d’autres pas.

Il y a des personnes qui sont dans le mensonge et d’autres pas.

 

Sommes-nous toujours dans la même qualité de perception ?

 

Oui.

La qualité dépend des sens.

Tu sais mes yeux ne peuvent prétendre y voir plus clair que la moyenne, et il s’agit bien pourtant de choses que l’on voit avec les yeux.

La perception n’est pas en cause, tout le monde perçoit de la même façon, du moins toutes les personnes qui ont dépassé l’enfance.

Et le fait que ces personnes soient en vie d’une manière autonome démontre bien que tout le monde perçoit de la même façon.

 

 

La faute originelle… fin

 

Ce n’est pas parce que le mensonge est un attribut de naissance qu’on ne peut rien faire contre lui

On peut renoncer à tout héritage

En dessous de nos mensonges il y a la vérité, et nous la connaissons très intimement

C’est bien parce que nous entendons la vérité que nous faisons tant d’efforts pour la recouvrir

Ron

 

La faute originelle…

 

Ils ont dit : « Jésus est Dieu ! », pour justifier deux mille ans de « non effort », deux mille ans de « non volonté », deux mille ans de mensonges.

Parce qu’il est Dieu et qu’eux ne sont que des hommes, ils se sont appuyés là-dessus pour ne pas tenter de le comprendre.

 

Nous sommes des menteurs par naissance et nous faisons en sorte de renforcer cette attitude par l’éducation de nos enfants.

Ainsi, le fait qu’ils reprendront sur eux nos routines bien apprises.

Ils construiront nos excuses en même temps que les leurs.

Ron

 

 

C’est une image très puissante qui vient frapper l’esprit, l’interroge, le réveille là où il glisserait volontiers  vers quelques repos.

 

La faute originelle, existe-t-elle ?

En conscience, le mensonge a-t-il été décidé ?

Portons-nous, enfoui en dessous, le souvenir d’un choix malheureux ?

Il en est si souvent question !

 

 

Dans une attention soutenue, qui ne fasse pas concession, on peut facilement observer : la paresse, les incohérences, les tricheries… dire une chose et en faire une autre…

Nous nous en remettons sans cesse, à l’autorité d’un chef, d’un parent, d’un ami, d’un gouvernement. Et dans le même temps nous revendiquons la liberté.

Nous larmoyons sur la grande pauvreté, et restons tellement préoccupés par notre petit confort.

Nous en appelons à l’amour éternel, et fuyons tout ce qui pourrait remettre en cause nos habitudes.

Nous souffrons de notre état d’impuissance et pourtant le  décidons.

 

Le mensonge, fait bien parti de nos vies, au quotidien la lâcheté, demain, demain je ferai, demain je changerai.

Et si ce n’est demain, c’est que je n’y peux rien.

 

 

 

Rester dans l’inconfort de ce constat…

L’inconfort n’est que résistance devant un fait, donc une vérité.

Plus je manie avec dextérité le mensonge, plus l’estime pour ma personne est grande et le rejet puissant.

Et si par malheur j’en étais affecté, c’est qu’alors j’aurai renoncé, préférant me rouler dans la luxure de l’oubli.

La résistance c’est… « moi ».

 

Rester dans cet inconfort, il ne dure que le temps d’admettre, de voir, que oui… il en est ainsi.

Voir révèle toujours le faux, cela est voir le vrai.

 

 

 

 

Parler à l’autre…

 
 

Le seul, fait de se redire que l’on se leurre nous positionne dans une attitude d’éveil

Sauf si l’on se le dit avec ressentiment

 

De se redire, oui, sans témoin, parce que le fait de le dire à quelqu’un c’est autre chose

 

Oui

Parler à l’autre nous fait tomber dans les pièges de l’ego de toute façon

Mais pourtant parler à l’autre est une nécessité pour le travail nous n’avons pas le choix

 

Alors ? Attention et rigueur…

 

Rigueur et gentillesse

Acceptation et patience

 

Oui, gratitude aussi, quelque chose de doux pour l’autre naît là

 

Oui

 

Ne jamais renoncer… même si parfois on se sent tellement nul

 

Oui

 

 

 

 

La relation

La relation n’est jamais (sauf pour l’ego) de toi à l’autre, elle est au travers de    l’incommensurable, pas à partir de l’un et l’autre.

Et elle se rit de nos désirs, de nos croyances et espérances.

 

Ici, c’est chacun dans sa peau.

 

Oui

Et par le fil du monde, le chacun se dissout

La peau aussi

Un seul être nous fait ensemble

Mais au fil du monde seulement

Pas au fil de nos idées et utopies.

 

Idées, je ne parle pas d’idée mais de peau.

 

La peau est une idée pour la pensée

Elle ne sait pas ce qu’est la peau

La peau est là pour entretenir la pensée.

Aimer la vie ?

 

     Aimer la vie ?

 

La question est une affaire de bon sens

Tout doit passer par la porte de la cohérence

Ce qui ne peut y passer est bon à jeter

Il ne s’agit aucunement d’affect, de sentiments ou d’une quelconque philosophie

Et surtout pas de ressentiment

Lorsque l’on est vivant, on regarde le vivant avec un œil respectueux, ce qui signifie que l’on se positionne de la façon la plus juste

Donc la plus cohérente

L’amour de la vie ne peut signifier autre chose pour moi

Le reste est de la romance pour livre de chevet

 

La romance ne tient pas en face de la réalité

Et cela ne sied ni à l’amour, ni à la vie

C’est une façon de fuir, en brodant

 

Oui

 

Mais c’est une vrai question celle là, car comment vivre sans aimer la vie ?

 

Bien entendu

 

Et pourtant c’est ce que nous faisons la plupart du temps, dans l’état où nous sommes

 

Si l’on ne se positionne pas raisonnablement par rapport à ce qui est là, on le condamne à la fois pour soi et pour les autres

 

Oui, c’est une question de position

Et raisonnablement, encore un mot qui dans ta bouche a une autre signification

Je ne pense pas qu’il s’oppose à l’intensité

 

Au contraire

L’intensité sans la raison se rapproche de la pathologie

Une seule intensité qui vaut pour moi est celle de l’attention

Le reste est encore de la romance, pour ne pas dire du pathos

 

Et la raison sans intensité ?

 

La raison sans intensité est creuse

C’est de la philosophie

 

 

Courrons-nous derrière les trains?

Pourquoi être en quête de respect, d’amour, de compassion ou d’autre chose ?

Le concept de la quête est faussé, courrons-nous derrière les trains ?

Mais nous cherchons notre nourriture. Les besoins du corps nécessitent qu’on fasse un effort, il faut se baisser continuellement, le pain ne vient pas de lui-même à notre bouche.
Par extension nous adoptons la même attitude vis à vis de choses comme l’affection, l’amour, la paix, le respect, etc.

 

Mais le résultat est contraire, comme ce ballon posé devant nous auquel on donne sans le vouloir un coup de pied qui l’envoie plus loin à chaque fois que l’on se baisse pour s’en saisir.

En matière d’esprit, tout est là déjà, et dés qu’on se met en quête, tout passe derrière un mur de brouillard.

 

Je suis convaincue de cela, mais pourquoi y a-t-il un moment où tout semble s’arrêter, et que l’action véritable ne prend plus place dans la maison ?

 

A cause de mauvaise habitudes sûrement, pas les tiennes, pas les nôtres, mais celles de notre espèce.

Trop penser est maintenant dans nos gènes peut-être… mais les mauvaises habitudes peuvent se lâcher, et ce n’est pas insurmontable.

C’est notre affection pour ces habitudes qui les rendent résistantes.

Peut-être que le paradoxe est là, cesser de vouloir tout comprendre pour enfin s’en « saisir ».

 

 

Une chose qu’il ne faut pas cesser d’éclairer

 Et pourtant il faut pouvoir dire…

 

Non

Ici, sur internet, comme sur les chaires académiques, mais dans la relation vraie, dire est inutile.

Car celui qui a des yeux pour voir, a des oreilles pour entendre aussi.

Et celui qui voit le fils de l’homme agir n’a besoin d’aucun discours en prime.

Ni explications ni définitions ne sont nécessaires.

Elles sont attendues et réclamées par des sourds et aveugles.

Celui qui peut voir ou entendre n’attend pas les mots, les images sont assez pleines pour le nourrir jusqu’à l’éternité.

 

De quelles images parles-tu ?

 

De celles que les actes donnent à voir.

 

Les actes vus d’ici, passent par les mots.

 

Oui vu d’ici, c’est normal, comme je te le disais. 

 

Parle-moi de ce « fils de l’homme ».

 

L’appellation « le fils de l’homme » s’applique à tout homme qui sait voir et entendre.

Je pense que cet usage de la parole est inacceptable et paradoxalement je m’y soumets tous les jours.

C’est drôle.

Je sais que c’est une nécessité.

Je sais que je ne peux pas m’esquiver tous les jours.

Souvent les gens me bloquent dans mon fauteuil, ou dans la rue, ou me suivent parce qu’ils veulent parler, ou dire ou entendre.

Je sais que c’est le monde qui est ainsi.

Mais comme je ne me suis jamais trouvé dans cette position, il y a un moment où je ne l’accepte plus.

Je me rebelle.

 

Peu importe ce qu’est la relation dans ce niveau de parole, il s’agit de quelque chose qui dépasse ce que les personnes font.

Une chose qu’il faut ne pas cesser d’éclairer, car justement pour que tout soit lié et le reste dans la qualité, il est juste que chaque partie soit entière.

Chaque partie est entière lorsqu’elle sait reconnaitre la nécessité de s’éclairer par elle même.

 

 

 

Suite échange sur les sciences… Rigueur et intention

 
 
    La rigueur? Mais on peut avoir de la rigueur et ne chercher qu’à s’enrichir, à avoir plus de pouvoir

 

Tu n’entends pas ce mot "rigueur" comme je l’entends

Chez toi ce mot déclenche des processus de défense, visiblement, tu crois avoir fait l’expérience de la rigueur, mais c’était autre chose

Plus on est rigoureux dans sa recherche ou son application, plus on est patient et tendre avec les autres

Plus on est rigoureux, à la façon d’un guerrier, et non d’un homme ordinaire, plus on sait la compassion pour autrui

 

L’intention… pourquoi ce mot ne va pas dans ce contexte?

 

C’est pas qu’il ne va pas

Il est trop abstrait

Cette explication présente se veut des plus concrètes

S’il y a un mot dont je peux douter qu’il soit entendu, c’est bien celui-là

Nous avons échangé plusieurs fois sur ce terme, et il est évident que nous ne l’entendons pas encore de la même oreille

 

L’intention?

 

Oui

 

Ben, je crois que nous l’entendons pareil, pourquoi dis-tu ça?

Entendre l’intention en soi demande de la rigueur

 

Au bout de plusieurs vies, l’intention ne cesserait d’évoluer dans nos compréhensions

Si toi tu es sûre que nous l’entendons de la même façon

Il n’y a pas deux personnes au monde qui l’entendent pareillement

 

Donc nous n’entendons pas l’intention de la même oreille et comment cela se fait t’il que nous puissions entendre le mot rigueur plus sûrement de la même oreille?

 

Je viens de te le dire

Le mot intention est le plus abstrait des mots, parce qu’il implique une part de monde absolument abstraite

Et comme chacun de nous a une relation personnelle et intime avec la part abstraite du monde

Que chacun de nous vit une chose unique au sein de cette relation

Ce que son esprit est en mesure de conceptualiser de son expérience propre a un caractère unique

Le fait de dire que "l’intention est tout à la fois", le fait de s’accorder sur cette acception ne permet pas de considérer que nous avons la même conceptualisation justement parce que l’intention est tout à la fois

Même si ce que j’en pense est le contraire de ce qu’en pense mon voisin, ce qu’en pense mon voisin n’en est pas plus éloigné que ce que j’en pense

 

 

 

Découvertes scientifiques et connaissance spirituelle

 

 

Je m’intéresse en ce moment à des écrits de physiciens…

Ce qu’ils découvrent rejoint ce dont tu témoignes, en même temps cela apporte un autre éclairage

 

Oui, lequel ?

 

Ils arrivent par un autre chemin, celui de la pensée cartésienne et certains sont infiniment troublés par leurs découvertes… c’est un monde qui s’écroule en eux…

En toi et en ceux qui voient, il n’y a pas de réaction, mais la paix…

 

Sur quels thèmes as-tu trouvé des similitudes avec ce que je dis ?

 

La limitation du langage, des concepts qui ne fournissent plus aucune information et même deviennent des obstacles.

Que la matière est énergie et même conscience

 

Oui

 

Qu’il n’y a pas de partie définissable, mais un réseau de relations incluant l’observateur humain d’une manière essentielle, une trame dynamique d’événements reliés dans laquelle toute partie détermine la structure de l’ensemble.

En fait l’observateur n’est plus, en tant que tel, il se révèle comme inclus dans un univers de participation.

 

Ainsi ce que révèle la connaissance directe, est, en une certaine mesure, « observable »… Cela te surprend t’il ?

 

Ça veut dire quoi "observable par la science ? Que les scientifiques ont des yeux tout autour  de la tête ?

 

Loll

Ils découvrent par le biais de l’analyse intellectuelle, à l’aide des mathématiques et aussi la physique que, par exemple, la matière est énergie

 

Nous avons tous un cerveau semblable

Je me sers aussi de l’analyse, des maths et de la physique

Tu as l’air de penser que c’est de la divination

Le cerveau est avant tout un calculateur

Autrement dit tout, absolument tout ce qui sort de lui, est mathématiques et analyse

Absolument tout, même chez les cerveaux embués ce sont encore des calculs, faux souvent chez les idiots mais des calculs quand-même

Tout ce qui sort de ta tronche est fait de la même matière

Tout ce que tu peux nommer sentiment ou sensation, idée ou savoir, intuition ou certitude

Tout est le résultat d’un calcul effectué plus ou moins bien par ton cerveau

 

Alors qu’elle est la différence entre un "chemin spirituel" et un "chemin scientifique"?

 

Aucun en principe

Ce sont les habits que l’on décide d’endosser qui peuvent changer

L’humilité est un habit par exemple

Certains scientifiques n’en ont pas, mais c’est pareil chez les "spirituels"

C’est la même chose pour tous les autres habits

 

La seule différence résiderait donc dans l’intention?

 

Non, l’intention de certains scientifiques est de loin préférable à certains "spirituels" et vice-versa

 

Je ne disais pas que l’intention des scientifiques est moins louable

Je disais que scientifique ou pas, tout est dans l’intention

 

Lollll, cela dépend du sens de ce mot

   Je dirai que tout est dans l’inflexibilité, donc la rigueur, ces mots sont synonymes