Le grand chien

 

 

 

 

Ce cheval a l’air triste, ou bien est t’il très concentré ?

Lol

Il est sérieux, pas triste

 

Oui, il est très, très sérieux

Lollll, oui

C’est tout ce qui t’a paru intéressant ?

 

C’est une danse, où les deux font corps

Oui

  Sans les mains

 

Oui, loll

Sans les mains, le cheval n’est pas dirigé par la bouche, et pourtant tout le début il garde la tête dans la même position

Ouiiiii

 

Je ne voyais que cette position de sa tête, et je n’avais pas vu que le cavalier…

Il faut beaucoup de temps pour voir

Chaque fois que tu regarderas cette vidéo tu verras des choses nouvelles

Même si tu la regardes mille fois

 

Tu vis cela, par la relation que tu as avec le cheval, profondément en toi

Chaque geste, chaque mouvement, et tout ce qui ne se voit pas est inscrit en toi

C’est pour moi, une représentation à plus petite échelle de toute la beauté de ce monde

La beauté qui se montre et celle qui se cache

Le cavalier n’est pourtant pas parfait

Il y a un grand nombre d’erreurs

Mais l’amour qui habite le cheval réduit en poussière ces erreurs, tout est pardonné

Et comme il a une lecture profonde de ce qui lui est demandé, il le donne avec une générosité immense

L’amour dans toute sa splendeur

 

Le cheval vient vers l’homme par amour ? Tout ce qu’il fait c’est par amour ?

Il n’est pas idiot

Pour faire avec cet amour là, il exige des conditions bien entendu

 

Et ces conditions ?

L’éveil bien entendu

 

L’éveil de l’homme ?

Non, de la paire, et du monde par conséquent

Le cheval ne s’engage pas dans la relation bâtie sur l’addition 1+1 = 2

Mais si on lui propose une relation bâtie sur la multiplication 1 x 1, il s’investit

 

Tu réponds là à la question du début

Lolll

 

Oui, la relation est cela

Enfin, si elle se réalise

Oui

 

L’éveil n’est pas être comblé, comme on le pense si souvent

Oui, l’éveil c’est simplement l’ouverture de l’attention

 

L’ouverture à tout ce qui vient de "cet autre"

Oui

 

Oui, c’est ce que fait ce cheval, avec infiniment de sérieux

 

 

Publicités

Raison et conscience…

 

As-tu des choses à me dire ?

Non

 

Alors c’est que tu es dans le silence

Oui, tout simplement

Tu peux m’en faire sortir si tu le veux

 

Non, pourquoi t’en faire sortir ? Juste trouver la juste attitude pour que tu puisses exprimer quelque chose de là où tu es

Lol

 

Lorsqu’on observe le microcosme, lorsque qu’on va au plus loin du possible de cette observation, je ne parle pas de conscience là mais bien d’observation (ce sont les scientifiques qui font ça, pour nous seulement ce qu’ils en disent), on arrive à un point qui est le même que lorsqu’on observe le macrocosme, n’est ce pas ?

Non

 

Ah ?

Le monde a deux facettes, comme nous avons deux cerveaux, les règles, principes, ou lois physiques n’ont pas du tout les mêmes plans, ni les mêmes résultats

Dans le monde des formes grossières, les lois sont ""facilement "" énonçables, comme ""facilement"" éprouvables, ce sont les lois plus ou moins connues, qui restent valables, et fidèles aux observations qui les ont découvertes

Elles sont stables, vérifiables ici ou là, par telle ou telle autre personne

Selon ces lois, on peut dire qu’un objet a telle masse et prévoir sa trajectoire dans l’espace si les paramètres nécessaires sont pris en compte

Un objet est blanc, ou bleu, ou vert, etc.

Dans le microcosme, les lois n’ont pas de stabilité

Elles sont si variables qu’elles ne peuvent être retenues comme telles, c’est le monde de la mécanique Quantique

Un aspect du monde correspond à un aspect de notre cerveau, où les choses sont définissables, l’autre aspect du monde correspond à notre cerveau paradoxal, où il est impossible de définir le réel, un objet est blanc et noir en même temps, ainsi que bleu et vert, et jaune etc.

Sur le plan de la physique classique (donc anti-paradoxale) un ballon de basket rebondi sur le sol, et la seule réalité pour mes sens est que je ne dois pas le quitter des yeux si je désire m’en saisir

Le ballon n’est donc qu’à un seul endroit à la fois, et tous les autres effets de sa présence, de son déplacement ou de ses rebonds ne sont pas présents dans ma conscience, donc exclu du monde réel, réel pour moi.

En fait le ballon est à des milliers d’endroits à la fois, il y a des milliers de ballons et les ondes produites par ses milliers de rebonds ont des effets tout aussi réels

Mais ces aspects de la réalité n’appartenant pas à mon cerveau rationnel sont non considérés

 

Peut être me suis-je mal exprimée, peut être aussi que malgré ça tu réponds à ma question. En parlant de macrocosme je voulais parler de cette observation de la formation de l’univers avec ce point théorique "zéro" où rien n’est définissable

Et je faisais le constat, que dans les deux dimensions, l’observation arrive à ce point où rien n’est définissable

Non, tout est définissable dans le monde "réel"

Parce que justement ce qui fait le monde réel est la définition

L’autre monde est insaisissable, parce qu’il n’est pas le produit de la définition

 

Alors nous pourrions dire que le monde réel naît de l’observation faite par un observateur

Oui

 

La conscience étant l’autre moyen d’entrer en contact avec le monde et là rien n’est définissable

Non, la conscience entre en contact (c’est une façon de parler car la conscience ne peut rentrer en contact) avec l’autre monde, pour l’adapter à ses besoins de définir

 

Lorsque je parle de conscience, je parle de l’état de silence

La conscience n’est pas silencieuse comme tu le crois, elle est en effet moins bruyante que la pensée ordinaire, mais elle est encore de la pensée, et il demeure toujours trop de bruits en elle, même lorsqu’il s’agit d’états particulièrement élevés

Dans le monde de l’autre côté, c’est aussi le monde de l’autre côté de la conscience, on ne peut pas y entrer avec de la conscience, car c’est le monde du "non-faire, donc de la non-pensée, du non-vouloir, du non-conscient

Je te disais plus tôt que la "conscience" ne peut toucher le monde paradoxal, mais je ne te disais pas qu’elle ne pouvait pas être touchée par lui

 

Aucun acte délibéré peut toucher cela, mais il arrive que ?

Non, c’est ton cerveau rationnel qui pense qu’il est le sujet qui fait, qui touche, qui approche, qui voit, etc.

Le cerveau et tout ce qui est dedans ne fait aucun pas vers l’inconnaissable, c’est l’inconnaissable qui s’en empare

 

Qui s’en empare lorsque le niveau de bruit a baissé ?

Oui, puisque la pression interne s’abaisse, donc la résistance aussi

 

Nous savons que nos activités de pensées ordinaires n’utilisent qu’une part infime des capacités du cerveau, est- ce à dire que lorsque "l’inconnaissable" s’exprime de nouvelles connexions se font ?

Oui

 

Dans le cerveau ?

Oui

 

Et alors de nouvelles possibilités de "définitions" du monde plus larges ? Non pour la définition en tant que telle mais en concomitance avec d’autres comportements plus adéquates ?

Oui aussi

C’est à l’infini que le cerveau peut produire des définitions à partir de ses connexions avec l’inconnaissable, et ainsi, engendrer des nouvelles formes de monde connaissable

Lorsqu’il observe cela d’un point de vue reculé, il appelle ce qu’il voit " nouvelles lois", "nouvelles découvertes", ou alors "nouveau changement du monde", de là, il en déduit qu’il y a "évolution"

Alors que la totalité du monde ne change en rien, il est et a toujours été ce qu’il est

Aucune différence entre un petit point bien condensé, et le même point en expansion

Il n’y a pas condensité ou expansion, les deux sont dans le même temps, dans le même lieu

C’est notre raison qui les sépare

La raison est faite pour cela et bien faite

 

La raison étant l’observation et l’observateur ?

Oui, elle est les deux à la fois, car les deux sont sujets agissant

 

Le mouvement de la pensée, observable entre ces deux points ?

Il n’y a pas deux points

Observateur et observations sont unique chose

 

Oui, c’est une illusion, mais en nous, avant le silence du mental, on peut observer comme un mouvement… Encore du domaine de l’illusion, c’est ça ?

Oui

 

Le cerveau est déjà dans la cellule, je vais dire les "fonctions" ?

Oui, absolument

 

Dans notre cerveau, un plus grand nombre de connexions possibles ?

Oui, celui de l’homme, environ trois fois plus que toute autre espèce

 

J’allais dire comme l’expansion de l’univers, mais je pense que dire cela est une erreur, c’est encore confondre la définition et l’inconnaissable ?

Lolll, non pas comme dans l’univers

La matière est stable en quantité

Rien de plus

Rien de moins

Le cerveau lui est un organe définissable et pesable

Sa quantité et sa masse peuvent augmenter ou diminuer, comme celle de n’importe qu’elle autre organe

 

Lorsque ce cerveau, le mien, travaille ainsi avec le tien, que se passe-t-il ?

Nous "partageons", lolllll, ce qui signifie que nous multiplions des champs de connexions

J’adopte certains plans qui t’appartiennent, et tu fais de même

 

Oui, et cela se fait par nos "différences" de compétences, dans un mouvement d’ouverture à l’autre ?

Oui et lorsque je dis ces mots de nouvelles connexions se créent immédiatement

Plus les mots sont bien ciselés, et plus les connexions sont propres et productives

 

 

 

Le désir… fin

 

Je vais essayer de préciser ce que je cherchais à dire et qui, pour moi, ne s’oppose pas à ce que tu dis

Ce monde, que nous faisons et dans lequel nous vivons, repose sur le désir/roi

Pratiquement rien n’y échappe dans les activités humaines

Il y a donc bien une forme d’énergie qui permet ces activités

Une énergie, conséquence et cause de conflits, qui fait les guerres et les injustices

 

Celui qui se sent repu, n’a plus faim

Celui qui a faim est rempli de conflit

L’énergie est associée à la satiété, la sécurité, le confort

 

Oui, là où est l’énergie, est la plénitude

 

Le conflit est associé, à la souffrance, au besoin, à l’inquiétude, à l’inconfort, etc.

 

Oui, mais comprends-tu que je ne dis pas le contraire de ce que tu dis ?

 

Oui

 

Le conditionnement est puissant

Seule l’énergie, la vraie, peut le battre en brèche

 

Oui

 

Mais au début…

Il en manque, d’où ce travail, si difficile, parce qu’il est ni contrôle, ni laisser aller

 

Oui lol

 

Nous parlons pour aider à ce travail

Bien entendu parler ne suffit pas, et doit se limiter

 

Oui

 

 

 

Le désir… suite

 
 

Nous avons parlé du désir, et je sais que pour un grand nombre l’idée de non-désir fait peur, on pense à un état sans dynamisme

Parfois en moi, et dans d’autres personnes, j’ai rencontré cet état, qui fait que l’on n’accroche plus rien

Bien sûr, cet état est lié au désir de contrôle du désir, état mortifère et de conflit profond

Nous ne parlons jamais de ce contrôle lorsque nous parlons d’attention, n’est ce pas ?

 

Mais je n’exerce aucun contrôle sur le désir qui peut surgir en moi

 

Oui, nous sommes donc d’accord

Alors, j’aimerai que nous parlions de l’énergie qui nous meut lorsque ce n’est plus celle du désir, ni celle du contrôle du désir

 

Attends…

Le désir n’a pas d’énergie

Tu vois où est le problème ?

Tout le monde associe comme une évidence le désir et l’énergie, pire tout le monde est persuadé que le désir produit de l’énergie

 

Le désir produit une forme d’énergie due au conflit

 

Non tu fais erreur

Lorsque le désir montre le bout de son nez, il fait comme ces feux qui semblent partis pour tout dévorer, mais qui s’éteignent presque aussitôt qu’ils ont pris, faute d’avoir quelque chose à brûler

Que peut le désir, ou le feu, lorsqu’on n’alimente pas leurs appétits ?

 

C’est bien pour ça que je souhaitais en parler, afin d’émettre quelques idées claires sur le sujet

 

Le désir n’est rien d’autre qu’un consommateur d’énergie

Un corps fatigué ne veut pas connaître le désir, parce qu’un corps fatigué sait bien que le désir le réduira encore et encore

 

Le désir a un pouvoir d’excitation, comme tout excitant, il donne une impulsion

 

L’excitation ne se produit pas lorsque que le corps est rempli d’énergie, c’est le contraire

La fatigue installe un état nerveux, ce que cet état nerveux recherche c’est la libération, ou une sorte d’explosion

C’est comme le bateau sur les vagues, s’il paraît excité, c’est qu’il ne contrôle plus rien et que la tempête va le briser

La recherche de la jouissance (ou le désir) est une façon de trouver une issue relativement positive, car cette tension est avant tout source de destruction

Lorsque le désir est assouvi, le corps plonge dans une grande fatigue et dans une phase de reconstruction

Le désir et la recherche de sa satisfaction a tout consommé, laissant au corps une chance de repartir à zéro

 

Posséder de l’énergie est exactement le contraire

La vraie énergie, celle du calme ne se laisse pas traversée par le désir ou d’autres sentiments du même genre

Cela pour dire, que l’énergie n’est pas ce que l’on croit toujours

Mais souvent son contraire

 

 

Travail sur la question du désir… à suivre

 
 

 

Le désir se manifeste dans l’esprit, nulle part ailleurs, ensuite ce sont les glandes qui le nourrissent

La vie ne se reproduit t’elle pas sous la poussée d’une certaine énergie que nous nommons aussi désir ?

 

Non, ce sont des réflexes mécaniques et chimiques qui produisent des stimuli sur les organes, mais le désir est esprit, au niveau des processus biologiques, ce sont des pulsions, donc des réflexes

Si l’esprit décide de jouer le jeu, le "désir" se gonflera, si l’esprit ne le veut pas, l’activité des hormones s’estompera vite

D’accord, tu fais donc une différence, des processus mécaniques que l’esprit alimente ou pas, c’est ça ?

 

Oui, mais j’attribue au terme que tu emplois "le désir", une dimension uniquement mentale

Donc égotique ?

 

Oui

Alors, parlons de celui là

Le désir outre qu’il cherche à maintenir l’existence de cette entité illusoire, est véhiculé par des images, des fantasmes, les nôtres, enfin ceux par lesquels nous sommes conditionnés ?

 

Oui

Par exemple « le domaine spirituel" croule sous les images, le phantasme de fusion au tout, au divin, etc.

Dans la voie de l’éveil, l’esprit d’une manière consciente et inconsciente se trouve agit par ces phantasmes, qui s’expriment comme des élans mystiques, mais qui semblent bien uniquement du désir, qu’en penses-tu ?

 

Je suis d’accord

C’est très gênant ça

 

Pourquoi ?

Parce que cela fait confusion, entre ce qu’est réellement l’éveil, et ces élans qui ne sont au final que du désir

 

Une fois qu’on le sait, plus

Oui, et aussi un repère pour le reconnaître, le désir a quelque chose de très pervers, il fait conflit

 

Oui, parce que le désir aboutit toujours à la possession, c’est son unique dessein, et la possession ne connaît que le chemin de la tyrannie et du conflit

Conflit en le monde, avec les autres, oui bien sûr, mais le conflit en soi ?

 

Ben toujours le même processus, la peur d’être dépossédé

Oui, en fait ces élans mystiques de fusion au plus grand, n’est que vouloir posséder ce plus grand

 

 

On communique au niveau de perception… suite Echapper à la représentation du monde ?

 
 

Non.

Je n’essaie aucunement de définir ou d’expliquer ce qu’est le monde au travers de ma perception, je n’utilise le langage que pour apaiser les esprits.

Agiter un chiffon devant les yeux pour canaliser une attention dispersée, cela se passe entre le chiffon et les yeux, et ne concerne aucunement une représentation du monde.

D’ailleurs, tu auras sans doute remarqué que quelque chose de rusé est contenu dans mes mots… c’est l’impossibilité de les utiliser pour toute représentation.

 

 

 

 

Ces mensonges…

 

L’autre jour tu rappelais que nous nous sommes éloignés des "éveillés" comme Jésus, pour ne pas avoir à se mettre au travail

Aussi nous avons voulu croire, et on l’a raconté, que l’éveil était une chose qui se faisait comme un miracle, une fois pour toute

Je pense que cela est faux

Je sais, tu as dit qu’il suffisait d’un instant, cela est vrai aussi

Mais aussi tout au long de la vie

Comprends-tu ?

 

Qu’est-ce que je dois comprendre au juste ?

 

Loll, je dis que le travail n’est jamais fini

 

Encore une drôle d’évidence, lorsqu’on connaît l’éveil pour la première fois, on met quelques minutes avant de se rendormir

La seconde fois quelques minutes de plus et lorsque ça fait quelques années qu’on connaît l’éveil, on met une heure avant de resombrer

 

Alors que tous les enseignements disent que l’éveil est quelque chose de définitif pour la personne et aussi ça l’est, c’est comme un paradoxe

 

Quels renseignements ?

 

Pas renseignements, enseignements, les traditions

 

Ah, les conneries quoi

 

Loll , oui, mais la plupart d’entre nous en passe par ces mensonges, et cela fait désespérance, attente de quelque chose qui n’est pas

 

L’éveil, c’est l’attention, rien de plus, et pour vivre seulement du point de vue biologique, un maximum d’attention est requise, pour rester dans une conscience élargie, un autre maximum d’attention est requise

Ceux qui se maintiennent dans une voie d’éveil ne font que redoubler d’attention toute leur vie

 

Le point de vue biologique ? Le fonctionnement du corps ?

 

Oui

 

Cette attention échappe totalement au petit mental … ou bien parles-tu aussi de nos comportements liés à la nourriture, à tout ce qui nous permet de rester en vie ?

 

Aussi

 

Oui, l’attention est donc ce que je nomme travail et cela est éveil

Mais les élargissements ne se font pas toujours…uniquement par manque d’attention ?

 

Ben oui