Du guerrier et de la conscience (26)

– C’est venu se dire, et dans le même temps ce constat, que quelque chose depuis toujours donne une direction à cette vie. Quelque chose qui fait pouvoir de décision.

Mais je perds le contact avec cette force, comme un oubli… et alors je me prends la tête avec ce ce qu’il faut faire. L’oubli n’est que parce qu’on voit mal, c’est sûr.

Alors je te demandais de me montrer un peu, le lien entre tout ça. Je sais les causes de l’empêchement, enfin celles liées à la personne, à la vie dans ce monde, mais aussi… je me dis : « Est-ce possible que cela soit vraiment ? »

Parce que si cela est vraiment, c’est incroyable !

Même dans les rêves les plus fous, on n’ose pas imaginer une chose pareille.

En toi, Ron, cela se manifeste comment, est-ce aussi présent que ça ?

Aussi vivant que ça ?

 

– Qu’en penses-tu ?

 

– Ben je crois que oui, sans idéaliser cette fois, peut-être que parfois… dans la fatigue ça parle moins fort ?

 

– Oui, c’est comme si chaque matin, mais en fait plusieurs fois par jour, le monde était tout nouveau pour moi.

 

– Comme quand on est petit, et que tout est si vivant ?

 

– Oui.

 

– Tu es émerveillé ?

 

– Oui.

 

– Et c’est ça qui donne forme à ce que tu fais, dans cette spontanéité, sans doute ?

 

– Sans doute, oui.

 

– Est-ce que cela a un lien avec ces moments de « connexion » avec le « lieu sans pitié » ?

 

– Oui, mais le « lieu sans pitié » c’est comme une dose d’héroïne, c’est puissant. Il n’y a pas besoin de s’y trouver pour être émerveillé du monde. Le « lieu sans pitié » est encore au-delà. Tu n’es pas émerveillé, tu es le monde…

 

– Écoute, j’ai remarqué que si je ne me rends pas suffisamment disponible à ces moments-là, j’oublie plus.

C’est souvent après ces « glissements hors du temps », que les choses se montrent sous un autre visage. Comme si en cela se passait quelque chose, dont je ne sais rien en vérité.

 

– Oui.

 

– On peut sentir les préoccupations, si on est attentif, mais pas le pourquoi.

Sans cette force de la rencontre, il n’y a pas assez d’énergie, j’ai vécu cela, je le sais.

 

– Oui.

 

– Crois-tu que tout cela soit déjà tissé, le temps de chercher, à attendre, et enfin la rencontre ? Le vois-tu ?

 

– Oui, je le pense. Pas de hasard.

 

– Alors c’est vraiment très beau ! Et cela nous fait infiniment petit.

 

– Oui, c’est ce que nous sommes.

 

– Et pourtant tant recevoir !

à l’insu

à Zak Kostopoulos

OULAVIESAUVAGE

à Zak Kostopoulos

Ta mort a été filmée

sur un téléphone portable

de 10 ou 15 euros

jetable

et les images

les dernières images de toi

sont de mauvaise qualité :

grains sales

pixels gras

comme si ta mort était d’abord passée de mains en mains

avant d’arriver jusqu’à nous.

Tu avais sur toi

un briquet

et ta carte.

Certains meurent

en ayant conscience de mourir

mais peut-être n’y as-tu pas cru, toi,

as-tu refusé d’y croire

jusqu’à la fin ;

j’espérais

que tu étais effectivement « au moment des faits »

ce toxicomane chargé qu’ils t’accusaient d’être

(ce qui justifiait, à leurs yeux,

ta mise à mort)

pour que cette violence-là t’ait été épargnée ;

te voir mourir,

te savoir mourir de cette façon —

mais ce n’est pas le cas,

ce n’est malheureusement pas le cas :

les examens toxicologiques

publiés un peu plus d’un mois après ta mort

montrent que tes veines…

Voir l’article original 189 mots de plus

COUP DE COEUR : Photography Mikko Lagerstedt

Capteur de Rêve Magazine - Photographie

Son nom est Mikko Lagerstedt; Il est photographe autodidacte de la Finlande. Il est  attiré dans la photographie de nuit et atmosphérique et il aime capturer des paysages finlandais simplistes.

Son voyage a commencé  la première fois en Décembre 2008 et dès les premiers instants; il est tombé amoureux de la photographie. Il aime créer visuellement et émotionnellement des images captivantes et son but est de capturer le sentiment qu’ il avait quand il a pris la photo.

Ses Liens :

Gallery Photo

FaceBook

FaceBook Perso

MATÉRIEL PHOTOGRAPHIQUE :

Il a actuellement deux caméras Nikon D800 et Ricoh GR .
Avec D800 ,il utilise ces lentilles:

  • Nikon 16-35 mm f / 4,0 VR
  • Samyang / Rokinon 14 mm f / 2,8
  • Sigma 50 mm f / 1,4
  • Nikon 70-300 mm f / 4.5 à 5.6 VR

Autres accessoires

  • iPhone 5s 64 Go , pour insta-photographie
  • B + W densité neutre Filtres pour une longue exposition
  • Nikon MB-D12…

Voir l’article original 75 mots de plus

171104 cobra

fapeyla

tu te réveilles dans la cave avec tes puces
les puces sont tes amies
le concierge est ton ami
il te donne une bombe anti-puces. Il te dit : il nous faut faire le traitement tous en même temps. Tu la mets au milieu de ta pièce. Tu appuies sur le bouchon cranté et tu t’en vas. Au bout de trois heures c’est bon. Il n’y a plus de puces
tu prends la bombe et retournes dans la cave. Tu la mets directe à la poubelle. Tu t’en fous des puces

tu retournes à la place de l’olive. Tu as de l’argent. Tu commandes un café. Tu joues à respirer la lumière. Tout le monde joue à des trucs, à des trucs convenus. Toi tu respires la lumière. C’est assez bien. C’est frais. C’est vivifiant. C’est satisfaisant. Tu ne comprends pas pourquoi tout le monde ne joue pas à respirer la…

Voir l’article original 176 mots de plus

Fotografia – Le visioni oniriche di Peikwen Cheng

Barbara Picci

Con enorme giubilo scopro Peikwen Cheng (1975), fotografo di origini cinesi ma di Peikwen Chengadozione americana che ha iniziato la sua carriera nel design. Nel 1997, infatti, si laurea alla Stanford University, acquisendo una laurea in Product Design e successivamente vince numerosi premi come il riconoscimento Industrial Design Excellence e un brevetto di design dalla società americana.
Poi a un certo punto ha scoperto la sua passione per la fotografia con una forte vocazione per il surreale e il bianco e nero. La sua serie più famosa è « Lost & Found« , realizzata in 13 anni in cui ha viaggiato per il mondo in cerca di ispirazione.
Peikwen ChengI suoi scatti sono onirici e le atmosfere fumose e dense di mistero. La sensazione è tutta introspettiva, lo spettatore è portato a penetrare quei sogni e diventare protagonista di un incontro / scontro col subconscio.
Peikwen Cheng ha insegnato fotografia, nonostante…

Voir l’article original 40 mots de plus

Idée repas #7 : lentilles à la sauce tomate et endives caramélisées.

Véganisez-vous !

2

Si je vous dis lentilles et endives, vous n’avez pas trop peur ? Les endives cuites, souvent, ont une mauvaise image, on s’imagine quelque chose de fade, amer, bref rien de très enthousiasmant en somme ! Sauf que là, vous allez voir, j’ai trouvé un moyen pour les rendre délicieuses, fondantes, goûteuses.

En passant, notez que les endives sont plutôt intéressantes sur le plan nutritionnel : elles contiennent du potassium, du phosphore, du calcium, du magnésium et aussi des vitamines (B1, B2, C et PP).

Pour ce qui est des lentilles, j’ai choisi des lentilles vertes parce qu’elles sont devenues mes préférées mais, si vous débutez, vous pouvez opter pour des lentilles corail (plus douces, moins « farineuses »). Inutile de dire que les lentilles sont riches en fer et en fibres, elles sont donc intéressantes et peu importe que l’on soit omnivore, végétarien.ne ou végétalien.ne. Elles sont une bonne source de protéines végétales, comme…

Voir l’article original 302 mots de plus

171104 sanglier

Pour la suite suivre le lien…

fapeyla

tu es dans le temps
tu es tellement dans le temps
que l’injonction de ce que tu as à faire agit comme les prémices de ton action
si tu ne te mets pas à agir dans l’instant de l’injonction de ce que tu as à faire, c’est que tu n’es pas à toi-même. Tu es loin de toi. Tu te prends pour un autre qui n’arrive pas à agir et qui s’en plaint. Le sens de cette plainte est que tu es loin de toi. D’abord chemine vers toi
puis fais ce que tu as à faire
tu es ce qui vient à toi
ce qui vient à toi t’invite à agir, mouvement dans le mouvement
tu es bleu, tu es solide
tu te complètes des couleurs rose, vert et orange, fluos, pour la lumière. Tu es solide et lumineux pourvu que les couleurs restent distinctes, tu veux dire distinguées…

Voir l’article original 264 mots de plus