L’enfant roi et la bête à trois têtes

L’enfant est là, nous avons sorti les chiens

Elle a couru devant, derrière

Me racontant ses petites histoires

Mots d’enfants, en images, qui découvrent le monde.

Avant qu’elle ne s’endorme, c’est moi qui lui en aie conté une

Celle de Bêtatête qui ne voulait pas que Pitou *

L’enfant roi n’entre dans le petit bois

Mais le gamin étourdit, enchante la bête à trois têtes

De la caresse du soleil

Des embruns du grand océan

De la musique du vent

Alors tout éblou-blou, tout ébloui, le monstre le laisse aller le chemin.

J’aime ce qui se dit là, corps et esprit se parlant en couleurs, en parfums

Chant silencieux de la nature…

L’enfant s’endort paisiblement

Mais dans ce premier sommeil, elle s’agite.

 

« Les enfants se battent contre toutes les misères »*

Oui, dans le bruissement du vivant, une plainte infinie

Je l’entends…

Le parfum du grand océan pollué des massacres

Le souffle du vent gémissant des famines

La lumière du grand astre voilée de nos peurs

 

* Ron Uribe

* Le Petit Bois De Pitou, Une histoire de Jean-Pierre Idatte, illustrée par Miche Trublin

 

Ce chant….

 

Quand les hommes ont soufflé la musique, le chant…

Produisant un rêve sonore

                            Ils ont dédiés cette vibration                            

Qui, à la femme, et elle, à l’amant

Qui à dieu, l’unique ou le multiple

A la gloire de l’un, à la gloire de l’autre

La notre, toujours !

 

Mais, il se passe cette chose si belle

Que la musique s’échappe…

Dans sa geôle, le prisonnier

Dans la cour, l’enfant affamé

Dans la cuisine, dans la chambre

Dans toute la cité

 Elle touche…

 

La nature du vivant révélée

A ce qui se tait

Libre.