Plume d’Eveil – De la perception (14)

– La perception n’est-elle limitée que par la pensée ?

 

– La pensée colle son interprétation en « divisant » la perception en deux, ce qui regarde le conscient et ce qui regarde l’inconscient. Une part intellectuelle et une part physique.

 

– Hors du champ de la pensée, elle ne serait plus la somme de conditions particulières, même pas celles qui sont physiques ?

 

– Oui hors de l’intervention de la pensée elle se réserve pour la matière, ce qui chez moi est une autre façon de dire « pour la conscience ».

 

– Il arrive que le cerveau soit vraiment fatigué pour ne plus voir l’évidence, et même qu’il doute encore d’avoir bien raisonné. Il est vrai, on nous l’a dit et je l’ai expérimenté, le cerveau a d’autres aptitudes que celles que nous utilisons communément. La perception authentique relève donc de ce potentiel encore endormi ?

 

– La perception concerne la dualité corps/mental, j’ai choisi de considérer que la perception globale (car je ne puis traduire authentique) résulte de la qualité de la conscience, ce qui est pont tendu entre les deux parties.

Plume d’Eveil – De la perception (5)

– Krishnamurti dit que si l’on voit un objet sans en passer par la pensée qui nomme, qualifie, il dit qu’alors on voit la réalité de l’objet.

Que penses-tu de ce propos ?

 

– C’est cela une pensée silencieuse, une pensée qui ne nomme pas, ne définit pas, ne juge pas est une pensée qui « voit ».

Mais je ne crois pas qu’un objet ait une réalité fixe. Je ne suis pas ouvert à la notion de « réalité objective », ou réalité unique et vraie. Ce n’est pas mon expérience, je m’assois devant un objet, et jamais je ne le vois semblablement, jamais il ne me voit semblablement, chaque instant propose un alignement de lui à moi, cet alignement dépend toujours des conditions qui sont les nôtres, il y a toujours des conditions particulières, c’est cela un état de conscience. C’est l’état de conscience qui instaure une réalité parmi des milliards.

 

– « Mais je ne crois pas qu’un objet ait une réalité fixe. » Krishnamurti non plus, je me suis mal exprimée.

Pour lui, comme pour toi, et je suis d’accord avec vous deux, tout objet est différent d’instant en instant.

C’est bien pour ça que l’on ne peut se connaître que dans l’instant présent !