Plume d’Éveil – De la croyance (3)

– Je vois là, en ces moments décisifs, le nécessaire abandon de toute quête.

Ceci n’est-il pas le mouvement de la vie, en nous ?

Nous, appelés à dépasser tous les anciens modèles, et, à oser vivre sans en créer de nouveaux.

Voir cela peut vraiment soulager d’un grand fardeau, mais prendre cela comme modèle mène au désespoir…

 

– L’abandon de toute quête oui, parce que cet abandon est le signe d’une compréhension, celle que toute quête est illusoire.

Quête de soi ? Mais ne sommes-nous pas déjà ?

Quête de compréhension de ce que nous sommes ? Cela nous empêcherait de nous laisser être spontanément.

Quête de l’autre ? Ce serait omettre tous les autres, et surtout que tous sont en nous.

Quête du bonheur ? Quand c’est volonté d’escargot de troquer sa coquille contre celle de la tortue.

Quête de sens ? Alors chassons l’incohérence qui nous hante.

Dépasser les anciens modèles ? Quand se dépasser soi-même ne nous mène qu’à la réalisation que l’on s’est simplement atteint. Je crois que l’on ne peut rien dépasser, qu’on ne peut qu’arriver à voir la hauteur qui est nôtre.

Oser vivre sans en créer de nouveaux ? Alors vivre sans vouloir les créer parce que vivre se suffit à lui-même pour transformer toute ancienneté en nouveauté.

 

Publicités

Plume d’Éveil – De la violence (3)

– La petite fille ne connaissait pas la violence, elle était pleine d’illusions. Par exemple, elle croyait que les adultes étaient des êtres de perfection et d’amour, avant même d’entendre parler de l’histoire de Jésus. Et l’amour, elle savait ce qu’était l’amour, et ne le découvrait en aucune relation !

Cette graine de violence en soi, je la vois naître des interactions au contact des pairs. Comment comprendre cette anomalie ?

 

– Oui, j’ai vécu cela comme toi, je tiens à ce que tu le saches, tout ce que tu as ressenti petite fille, je le ressentais pareillement.

Cette anomalie est le signe qui pointe la direction du chemin, nous sommes les enfants de la croisade, comme sans doute il y en a toujours eu à chaque génération, peut-être plus conscients chaque fois, nous sommes de ces enfants, et mes yeux sont ravis de voir certains de la génération qui suit.