Oh Poulette…

L’heure annoncée de la grande lune
Nous sommes partis sur le chemin du piton rouge
Comme tous les soirs elles me suivent
Terre de feu met son désordre dans la file indienne
Elle surgit comme un diable de sa boîte, passe devant
Tapie dans les herbes elle attend les deux autres…
Nous allions donc…

Dans le virage, une poule, une blanche, toute jeune encore
Elle fonce dans les fourrés se cacher, disparaît
« Oh Poulette ce matin je pensais aux conditions qui vous sont faites
Atroces, camps de concentration pour vous et tous les autres
Oh Poulette cache-toi bien qu’ils ne puissent te retrouver
Je garderai bien le secret. »
Les chattes font un arrêt, là, où elle se dissimule
« Allons venez ! »