Plume d’Éveil – De l’amitié (3)

– J’avais un ami, mais je ne parviens plus à lui faire confiance, que penses-tu de l’amitié Ron ?

 

– De l’ami je n’attends rien, ni qu’il se tienne face à moi parce que c’est la place de mon ennemi, non pas celui que j’ai choisi en tant que tel, mais celui qui veut me voir ainsi. Ni qu’il se place à mes côtés, car je ne veux le solliciter ni dépendre de lui, encore moins qu’il dépende de moi. Ni qu’il se tienne de telle façon que mon regard doive se lever comme on le fait pour admirer l’astre brillant dans l’espace noir, parce que lorsque je hausse mes yeux, c’est vers ce sommet qui m’attend ou celui que je défie, ayant conscience qu’en vérité je suis l’unique cible des défis que j’enfante. Mais peut-être attendrai-je qu’il soit là quelque part, que je le devine dans l’ombre me regardant passer, sans me poser de questions, sans pensées, confondu avec l’air, le silence et la lumière, complice en deçà et au-delà avec la poussière de mes pas.