Plume d’Éveil – De l’amitié (8)

– Ah, je crois t’attendre à la croisée des chemins et je te retrouve là, en face de moi.

 

– Je ne suis pas mystérieux, je me veux le plus simple possible et je crois qu’avec un peu de temps, tu me verras ainsi, dans une évidente simplicité.

Je suis l’ami qu’on ne voit pas ou très furtivement, celui que l’on croit toujours absent, mais qui ne l’est pas.

La solitude est pour moi ce ressentiment vain qui se glisse entre mon ombre et moi-même lorsque j’ai la faiblesse de penser qu’elle est ou devrait être une fidèle compagnie.

Je sais bien que je me leurre et que je n’aurai jamais de fidèle compagnon, alors je me souviens que j’oublie que je me souviens, et j’oublie que je me souviens, me touchant par en dessous de ma peau, là je sais qu’ils ont inventé ce mot.

Publicités

Plume d’Éveil – De l’amitié (4)

– Dans une nouvelle forme de relation, il est important que chacun assume ses difficultés, elles se trouveront éclairées par ce qu’est l’autre. Peut-être se trouveront-elles réglées par la relation.

Chacun doit oser se dire, dans son questionnement, dire ce qu’il voit de la vie de la fenêtre où il est.

Cela met dans l’obligation d’apurer la parole de tout ce qui est de l’ordre du savoir que l’on n’a pas observé soi-même.

On doit se toucher, être dans une réelle intimité, sans fausse pudeur. La pudeur est naturelle ou n’est pas.

Si nous nous révélons différents sur ce plan-là, nous ne pouvons pas continuer à être en relation.

Cela doit être la complète liberté, donc totale confiance, en soi, en l’autre. La confiance est totale, ou n’est pas. Le moindre doute et elle n’est plus.

Si l’on cherche à être dans la maîtrise de la relation pour son compte, par peur, par intérêt, il n’y a plus de relation en tant que telle.

Évidemment, c’est un défi, un sacré défi même. Parce que tout ce que je viens de dire demande à être effacé, pour que la relation soit.

 

– Je suis en parfait accord avec cela ! Tu me proposes une vraie amitié, je ne peux que me lever pour te dire : Présent !

Plume d’Éveil – De la relation (29)

L’une est au silence

Celui du sous-bois

Celui du murmure de l’eau

Celui du vagissement lointain

De la ville, de l’usine, de la guerre

Silence du vent

Silence de la lumière

Silence du cœur ouvert

Grotte dans les profondeurs

De la terre.

 

L’autre est aux mots

Perles au creux de l’huître

D’un grain de poussière

Elle aura arrondi de nacre

Aux teintes irisées

Doucement caressées

Doucement extraites

Elles roulent sur le sable

Rencontre du silence

 

De la terre, de l’océan.

Plume d’Éveil – De la relation (28)

Dans l’absence du « moi » il y a création… il y a du vivant qui s’échange dans la rencontre, dans les corps, la trace est là.

Au travers de nos mots, je suis allé vers toi et je t’ai touchée, sentie, et le plaisir qui va avec ces expériences.

Je me suis nourri de cette relation, au-delà de nos contradictions, ils s’échangent du vivant de toi à moi, et dans mon vivant je me construis avec ton vivant.

Je suis sûr que dans ton corps la trace de ce nous échangeons est là.

Elle dissiperait toute question et tout doute.

Il y a tellement de choses encore.

Bien plus vastes que les remises en question.

Plume d’Éveil – De la relation (27)

– As-tu déjà ressenti cela que l’ultime pas ne nous appartient pas, de sentir venir d’au-delà de toi une énergie tellement particulière ?

 

– C’est très étrange ce que je ressens à ce propos, mais peut-être est-ce tout simplement ce que ressent la corde du violoncelle ou de la harpe. Une vibration intérieure qui lui semble personnelle, tout à fait sienne. Mais en même temps, rien n’est à personne, tout ce que nous faisons est une petite part des choses, nous sommes une parcelle de conscience qui participe à quelque chose qui nous produit et nous contient.

La corde a vibré, un doigt magique venu d’ailleurs l’a effleurée, et pourtant ce doigt-là ne sent pas complètement la corde comme un objet étranger, il lui faut la sentir comme une prolongation de lui-même.

Une vibration se commet qui fouette l’air, l’air tremble et le son apparaît comme par prodige, l’immobilité choquée passant à la mobilité vivante et ce qui n’était qu’un bout de métal soulève des montagnes irrévélées dans les profondeurs de notre être. Et la corde ne vibre pas seule, l’instrument tout entier dansera avec elle, s’unira à elle, lui apportant un soutien in-mesurable, mystérieux qui sans doute remonte le temps jusque dans les mains du luthier.

Et plus haut encore, plongeant ses racines dans son intimité profonde, dans ce qu’il vivait avec sa femme, ses enfants, ses amis, et le son continue son chemin remontant encore, parce que c’est sûr, on pourra lui trouver des liens avec l’ovule qui se transforma en petit enfant futur luthier.

Plume d’Éveil – De la relation (26)

– Que reste-t-il lorsqu’on a plus d’image sur les personnes ?

 

– Il reste les personnes ou les autres « choses », telles qu’elles nous apparaissent dans leur « éphémérité ». Toutes choses étant éphémères, elles passent trop vite pour que nous puissions y coller un quelconque jugement.

Ensuite, avec le temps, notre esprit perd l’habitude de fabriquer des images parce qu’il a horreur à la base de ce qui ne peut durer en lui. Il sait en fond d’écran que tout finit par disparaître et cela lui fait peur.

Quand il n’a plus peur, il cesse de fabriquer des images ou plus exactement, il efface toutes les images qu’il prête aux choses pour pouvoir communiquer avec elles.

Mais ces liens de communication sont comme des traces de pas sur le sable que les vagues effacent au fur et à mesure.

 

– Comme une relation qui se ferait plutôt dans la rencontre avec des « événements » et non pas à partir d’une idée construite que celui-là est ainsi, etc ?

 

– Non, une relation qui se fait avec les sens sans la somme des interprétations qui l’accompagne d’habitude. Le seul fait de se répéter que l’on se leurre nous positionne dans une attitude d’éveil. Sauf si on se le dit avec ressentiment.

 

– De se redire, oui, sans témoin, parce que le fait de le dire à quelqu’un c’est autre chose.

 

– Oui. Parler à l’autre nous fait tomber dans les pièges de l’ego presque toujours. Mais pourtant parler à l’autre est une nécessité pour le travail, nous n’avons pas le choix.

 

– Alors ? Attention et rigueur…

 

– Rigueur et gentillesse. Acceptation et patience.

 

– Oui, gratitude aussi, quelque chose de doux pour l’autre naît là.

 

– Oui.

 

– Ne jamais renoncer… même si parfois on se sent tellement nul. Oui !

Plume d’Éveil – De la relation (25)

– Hier, je me suis ressouvenue de ce chant de vie… J’ai raccompagné Sarah, nous nous sommes retrouvés avec ses parents à la plage. Puis ils sont partis et je suis restée encore un peu.

Le vent puissant s’amplifiait dans les filaos, un bruit de tempête, comme je les aime. Les vagues s’échouaient avec fracas sur la barrière de corail, et l’agitation des eaux gagnait la plage. Tout était puissance et force, qui me fait taire.

Et le ciel d’un bleu si profond, et les branches d’un arbre, si vivantes dans le vent.

La vague a-t-elle atteint le rivage ? Je ne sais pas, je n’étais pas là pour le voir. Me voici assise sur le sable, avec cette drôle d’impression d’être arrivée quelque part. C’est venu, sans bruit se dire ainsi « Ce n’est pas moi, ça ». Tout reprend sa place… j’avais oublié.

 

– Merci, merci mille fois de ce partage que je reçois en plein cœur.

Tu t’es souvenue, ressouvenue de quelques expressions qui font ton visage, ton sourire, ton regard. Tu t’es plongée dans des mouvements de la nature, le chant du vent dans les arbres, le gris des nuages, et ils ont su te parler de toi, par-dessus tes batailles, te donner un peu de leur paix. Je les en remercie pour toi, pour nous, pour le monde entier, car un souvenir est comme une naissance et c’est pour le monde que l’on naît.

Comme tes derniers mots ouvrent de portes, en toi comme en moi, c’est donc que lorsqu’on avance vers la redécouverte de soi, on avance vers les autres. Comme l’enfant qui fait ses premiers pas en a conscience !! Oui, c’est bien de recevoir que l’on partage et non de donner.

Ces perles nous les dégageons des visages de la statue, quand nos mots émis vers l’autre la cisèlent, lui arrachant quelques nouvelles étincelles dans les yeux, ici, la malice d’un regard, là, la complicité d’une commissure des lèvres.

Lorsque nous nous ouvrons à l’autre, lui proposons de goûter un peu de ce thé, lui permettons de s’asseoir dans le fauteuil le plus confortable, quand l’autre vient, c’est une occasion rêvée de se voir un peu plus. Car de que nous voyons de notre visage dans la glace n’est pas de la plus grande vérité, il n’y a que dans les yeux de l’autre que l’on se découvrira plus.

Merci à toi d’avoir accepté de recevoir ma paix, et ce faisant, de lui avoir permis de grandir encore.