Voir … rompre avec l’impuissance de celui qui voit…

Chez les artistes, les amoureux du beau, il y a quelque chose d’infiniment précieux, souvent prisonnier d’un sentiment de trop grande importance. Le torrent, la force de vivre… l’émotion qui fait le partage après que les murs bâtis par peur et indifférence aient été abattus. Par delà la grandiloquence, les œuvres de quelques uns s’échappent, portent un peu plus, certaines touchant au cœur du cœur.

Les philosophes et autres penseurs portent le glaive séparant le vrai du faux, mais le plus souvent ne reconnaissant pas l’ordre divin, ils errent dans des compromissions au désordre. Alors « l’art de traquer » se transforme en ces massacres idéologiques, holocaustes de tous les temps qu’aucune autre espèce que celle des hommes n’ait perpétrés.

Les scientifiques et tous les chercheurs … « l’art de rêver », proposer de nouvelles représentations du monde. Mais souvent, ignorant, à la fois que celles-là ne sont encore qu’illusions, ignorant aussi combien elles sont langage et participent au renouvellement, ils offrent au monde la bombe atomique, les instruments de discrimination et d’exploitation.

 

Publicités