Plume d’Éveil – Des mots (15)

– Longtemps je t’ai écouté comme enfant je lisais des histoires merveilleuses, celles qui me parlaient de ce que je ne trouvais pas dans mon entourage. L’enfant a renoncé à ce que cela soit possible, c’est étrange de découvrir ça… parce qu’aussi elle ne s’est jamais soumise. Elle est entrée dans une sorte de désespérance révoltée.

Et puis voilà que ces mots répétés inlassablement, enfin presque… (sourire), touchent en moi quelque chose de vivant, vibrant sous la peau.

Alors, ce matin, pour toi, toi par lequel, dans lequel nous partageons tant de choses :

 

Non pas qu’ils montrent

Une lune lointaine

Ces mots-là

Touchent du doigt.

 

Plus qu’une image

 Dans le silence

 En fait cela peut parler de tant de choses.

 

– Ben oui, tous les mots parlent de tout dans le même temps. Si tu les interprètes au moment où tu les lis, c’est parce que tu fais des liens probables, plus ou moins logiques. Mais n’importe quelle phrase dit la même chose que toutes les autres.

Tu te souviens, je te disais cela dans les débuts ?

 

– Oui, parce qu’il n’y a qu’une seule chose d’importante, et que tout y va. Tu disais : « C’est comme si on faisait des ronds dans l’eau, autour de cette chose pour en entendre quelque chose, et puis soudain on ne fait plus rien et c’est là. »